Une nouvelle vague de Transformation Numérique ?

Les premières théorisations ont débuté courant 2014, l’affolement médiatique début 2015, et on a vu arriver la première vague « surfée » par les CDO; souvent électron libre reportant directement à la DG ce Chief Digital Officer a érigé sa Direction du Digital en parallèle et en concurrence aux direction du Marketing et des Systèmes d’Information. Souvent on a entendu un discours très négatif sur les DSI qui, bien que digitales depuis toujours, maintiendraient leurs entreprises dans un système purement technique et seraient incapables de travailler sur la stratégie et l’innovation.
On a maintenant un peu de recul sur tout cela et on voit bien que les entreprises en milieu B to C évoluent en permanence, obligées de la faire par quelques concurrent mondiaux comme Amazon, pas de temps à perdre. Bien sûr tout le monde ne va pas à la même vitesse ni avec la même efficacité. Des acteurs disparaissent mais d’autres se créent.
C’est peut-être un peu moins rapide dans le B to B, mais des exemples très parlants se révèlent peu à peu.
D’une manière générale, on sait maintenant mieux définir la Transformation Numérique :
  • c’est la diminution progressive de toutes les aspérités dans la relation client, de tout ce qui énerve, irrite le client dans les différents processus où il interagit avec son fournisseur
  • c’est la capacité à mieux exploiter les masses de données qui remontent des équipements en production
  • c’est la suppression progressive de tout ce qui n’apporte pas de valeur dans les processus de l’entreprise : en celà il est important de rappeler que le collaborateur est aussi concerné, et donc les processus internes à l’entreprise aussi doivent passer à la digitalisation (reporting inutiles, circuits de décision et de signature trop longs et trop lourds, resaisies, signatures manuelles etc…)
  • c’est forcément associé à une dynamique d’innovation, et les échanges entre start-up’s et entreprises se développent partout
  • c’est incarné par la Direction Générale avec des messages clairs, des progressions dans le temps
  • c’est pour tout le monde, comme l’air ou l’électricité, il n’y pas une partie de l’entreprise qui est digitale et l’autre non.
Par ailleurs, chaque entreprise prend une voie un peu différente, de par sa culture et son organisation.
Enfin, la DSI est de plus en plus souvent remise au centre de la démarche, car toutes les idées de digitalisation débouchent sur des projets très informatiques, où les problématiques de performance, de sécurité, d’accès aux données sont des facteurs clés de succès, et c’est le métier de la DSI de gérer ces aspects; évidemment le DSI doit se positionner comme acteur dans la stratégie et l’innovation, c’est son problème, certes, mais la Direction Générale doit aussi le positionner correctement pour atteindre cet objectif, car on peut aussi dire que l’entreprise a la DSI qu’elle mérite.

Digitalisez vos processus RH avec Nintex et Docusign

Et Camoai qui présentera des vrais cas et une méthodologie simple et efficace.

Souvent oubliés de la transformation numérique, les processus RH sont importants aux aussi dans la démarche de la digitalisation. Concrètement il s’agit de remplacer les vieux formulaires papier par des circuits électroniques qui seront au passage simplifiés et allégés, de mettre en place la signature électronique qui réduit considérablement les délais et fournit une image plus moderne de votre entreprise.

Nintex fournit une solution de workflow très ouverte, qui s’adapte à de nombreux cas de figure d’existant informatique.

DocuSign est le leader mondial de la signature électronique et propose des solutions s’intégrant facilement avec votre système d’information.

Prenez une heure pour changer votre vision sur ces processus RH, et vous verrez comment adapter à d’autres processus de support cette démarche.

Inscrivez-vous ici, c’est gratuit bien sûr : Digitalisez vos processus RH

évolution de SharePoint et Office 365

KeyNote de Jeff Teper au dernier SharePoint Saturday de Genève; son discours éclaire bien l’évolution de l’offre Microsoft et apporte une réponse finalement assez simple aux nombreuses questions que se posent les spécialistes SharePoint, au fil de l’arrivée des Office Groups, de Teams et autres nouveaux services.

Bientôt quelques détails…

En tout cas on peut raisonnablement penser qu’il y a encore un bel avenir pour SharePoint, mais sans doute plus sous la forme qu’on lui a connue ces dernières années, ce qui finalement est plutôt une bonne nouvelle…

 

 

 

Journée Azure Office 365 SharePoint Lille

Belle journée avec les experts aOS, interventions et témoignages intéressants autour de nos sujets aussi bien techniques que fonctionnels. Du technique sur Azure, les dernières nouveauté Office 365, comment organiser SharePoint et l’associer avec Docusign.

Accueil réussi à Euratechnologies aos-euratechnologies

Intervention de Jean-Marc Touzard sur la Digital Workplaceaos-lille-intervention-jmt

Retrouvez les slides de notre intervention ici :

Digital Workplace avec Office 365

Le 02.12.2016 Camoai sponsorise un événement organisé par AOS, groupe d’experts Azure Office 365 SharePoint.

Nous y animerons une conférence à 10H15 pour montrer comment Office 365 permet aux entreprises de monter rapidement et efficacement leur Digital Workplace.

Plus précisément, nous expliquerons avec des exemples concrets comment la plate-forme Office 365 améliore :

  • la communication d’entreprise avec Skype Entreprise
  • la collaboration et la mobilité avec la suite de solutions intégrées (Office Groups, Teams, SharePoint, Delve…)
  • la dématérialisation des processus avec Nintex.

L’événement a lieu à Euratechnologies Lille, l’inscription est gratuite et se fait ici : Inscription événement Office 365 Euratechnologies

Retrouvez ci-dessous tout l’agenda de la journée, avec les interventions des meilleurs experts Azure et Office 365

Agenda de la journée Office 365

Recherche intelligente avec Delve

Office 365 nouveau modèle collaboratif

Avec Office Groups, Office Planner, les évolutions Yammer, Delve, les futurs portails à venir, l’offre de Microsoft évolue et s’enrichit.

A première vue, on pourrait se dire que ça devient vraiment fouillis et qu’on a du mal à s’y retrouver.
Pas faux, mais pas judicieux.
En fait avant le Cloud Office 365, c’était avoir dans le nuage des solutions bien connues, Exchange, SharePoint, Lync, avec en plus des applications mobiles comme OneDrive, OneNote plus ou moins intégrées. Et ça laisse une large part aux DSI car pour avoir tout ça il y a du travail en infrastructure, même dans un modèle entièrement Cloud. On aura bien noté que beaucoup d’entreprises ont gardé cette approche infrastructure en utilisant principalement Exchange et Lync (maintenant Skype For Business) dans leurs déploiements  Office 365, sans trop se risquer vers les outils collaboratifs.
Mais ça c’était avant.
Avant que les utilisateurs ne soient trop fatigués par les outils de partage de documents et de collaboration lourds, complexes, hérissés de barrières à cause de système de permissions trop restrictifs, et peu ou pas disponibles en dehors du bureau.
Avant que les utilisateurs n’aient organisé leur propre environnement de collaboration sur leur tablette personnelle avec Dropbox, Google Drive, Box et autres wetransfer.

Microsoft nous propose des évolutions intéressantes :
  • d’abord des solutions collaboratives souples et faciles à utiliser, on a assez critiqué la complexité des interfaces SharePoint pour peut-être se féliciter de ce changement; je pense ici à Office Groups et Office Planner, qui va bientôt venir en complément du premier. On vise ici des concurrents comme Trello, Asana, qui se développent fortement aux USA.
  • ensuite des solutions qui se complètent rapidement par une application mobile, celle de Office Groups devrait arriver bientôt
  • enfin une approche transverse et intelligente de l’accès à l’information avec Delve qui nous permet de retrouver nos éléments collaboratifs autrement qu’en cherchant silo par silo, désespérément.

On évolue donc vers une approche self service, comme cela a déjà été fait pour la partie BI, on s’adresse plus aux utilisateurs en direct qu’aux DSI.
L’approche peut troubler, on ne va pas facilement passer d’un coup vers ce nouveau modèle de plate-forme collaborative où les services viennent s’implémenter et se compléter au fil de l’eau, alors qu’on est habitués à SharePoint depuis presque 15 ans; par ailleurs la complexité technique et fonctionnelle de SharePoint nous a bien arrangés, nous les consultants, intégrateurs, développeurs…
Alors ne nous abritons pas derrière la fausse barbe de la gouvernance et posons-nous les bonnes questions pour définir les services de demain sur les solutions de demain, car elles arrivent aujourd’hui…

Innovation et Distribution

Belle journée pour inaugurer le Shopping Innovation Lab  , lieu dédié à l’innovation au sens large pour le monde du retail. Environ 500 personnes présentes de tous horizons, des personnalités, quelques discours, mais surtout un mélange d’acteurs ayant mis l’innovation et le numérique au cœur de leur stratégie.

Et ce mélange se fait au niveau géographique et au niveau des types d’acteurs, régionaux, nationaux ou mondiaux :
  • start-up
  • ESN
  • grand intégrateur
  • industrie
  • entreprise de distribution.
Intéressant, voir un distributeur comme Leroy-Merlin présentant des solutions innovantes avec des start-up et ESN locales, ces innovations associant avantage client et optimisation interne.
Intéressant aussi, SEB avec son cuiseur connecté, qui montre bien comment le numérique change la chaine de valeur et les relations entre les différents maillons de la chaine. Hasard de la mise en place, juste à côté se trouve le prototype en cours avec Atos et Carrefour pour un frigo connecté dans la vraie vie…
Intéressant aussi la stratégie du SILAB tourné vers l’opérationnel et les entreprises de la distribution, ça change des lieux plus institutionnels où on  prsente des solutions mais on n’est pas vraiment acteurs du changement.
Mais la meilleure nouvelle reste de voir la capacité de la Région Nord à créer des lieux où se mêlent des acteurs de haut niveau, complémentaires et capables de renforcer la compétitivité du territoire : grands laboratoires de recherche, grandes écoles, start-up et entreprises utilisatrices.
Un bon résumé sur la Voix du Nord.

Marketing et media sociaux

Où en sont les entreprises françaises à propos de l’utilisation des media sociaux dans leur stratégie marketing ?
Bonne question à laquelle tente de répondre une enquête menée par l’ADETEM, Visionary Marketing et Hootsuite, des pros du domaine marketing.
Et finalement ces outils ne sont pas utilisés autant et aussi bien qu’on pourrait le penser, certaines des contributions dans le rapport font même froid dans le dos : un des contributeurs cite le cas d’une entreprise qui paie un prestataire pour supprimer les avis négatifs d’un de ses sites sociaux plutôt que de traiter les cas avec les clients… on dirait du Dilbert.
Dans l’ensemble deux tendances ressortent :
– il y a un manque de vision stratégique (on disait la même chose dans une autre enquête sur les intranet il y a quelques mois…)
– on utilise beaucoup moins les media sociaux dans la relation Client, comparativement aux USA principalement.

Concrètement, si on a en même temps peu de vision stratégique sur l’utilisation de ces media dans la Relation Client et peu d’exigences dans l’écoute et le retour vers le client, on ne devra pas s’étonner si les clients partent ailleurs là où on tient compte de leurs retours.

Bonne lecture quand même…

2015-10_wp-BarometreAdetem-cobrand-fr

L’entrepreneur de demain

Retrouvez l’infographie tirée d’une récente enquête Ifop pour Banque Populaire auprès de 500 dirigeants d’entreprise de 10 à 500 salariés. Un des intérêts de cette enquête est d’associer 3 panels différents aux mêmes questions, des dirigeants, des étudiants HEC, des conseillers Banque populaire.

Si on n’y évoque pas directement la Transformation Numérique, plusieurs points y sont directement liés, notamment à propos de la collaboration et de la créativité, et le Digital figure en bonne place dans les éléments de l’enquête. Plutôt bon signe.

Point intéressant, les dirigeants citent la collaboration et les nouvelles organisations de travail dans leurs principaux sujets ET le développement de situations en face à face pour pallier la déshumanisation engendrée par les technologies.

Au moment même où les articles sur la Transformation Numérique fleurissent un peu partout, avec trop souvent des banalités sans intérêt, ce sujet ne ressort pas en tant que tel dans l’expression des dirigeants et une certaine méfiance subsiste vis à vis de la technologie, même si paradoxalement on reconnait que la technologie est partout et de plus en plus importante.

On voit également des différences importantes sur les sujets technologie-innovation-digital entre les dirigeants d’entreprise et les étudiants HEC, qui seront bientôt en poste dans ces entreprises… ces différences se voient aussi avec les conseillers de la banque, de la même façon.

Retrouvez ici l’analyse de l’enquête.

Retrouvez ici les liens vers l’ensemble des éléments.