Une nouvelle vague de Transformation Numérique ?

Une nouvelle vague de Transformation Numérique ?

Les premières théorisations ont débuté courant 2014, l’affolement médiatique début 2015, et on a vu arriver la première vague « surfée » par les CDO; souvent électron libre reportant directement à la DG ce Chief Digital Officer a érigé sa Direction du Digital en parallèle et en concurrence aux direction du Marketing et des Systèmes d’Information. Souvent on a entendu un discours très négatif sur les DSI qui, bien que digitales depuis toujours, maintiendraient leurs entreprises dans un système purement technique et seraient incapables de travailler sur la stratégie et l’innovation.
On a maintenant un peu de recul sur tout cela et on voit bien que les entreprises en milieu B to C évoluent en permanence, obligées de la faire par quelques concurrent mondiaux comme Amazon, pas de temps à perdre. Bien sûr tout le monde ne va pas à la même vitesse ni avec la même efficacité. Des acteurs disparaissent mais d’autres se créent.
C’est peut-être un peu moins rapide dans le B to B, mais des exemples très parlants se révèlent peu à peu.
D’une manière générale, on sait maintenant mieux définir la Transformation Numérique :
  • c’est la diminution progressive de toutes les aspérités dans la relation client, de tout ce qui énerve, irrite le client dans les différents processus où il interagit avec son fournisseur
  • c’est la capacité à mieux exploiter les masses de données qui remontent des équipements en production
  • c’est la suppression progressive de tout ce qui n’apporte pas de valeur dans les processus de l’entreprise : en celà il est important de rappeler que le collaborateur est aussi concerné, et donc les processus internes à l’entreprise aussi doivent passer à la digitalisation (reporting inutiles, circuits de décision et de signature trop longs et trop lourds, resaisies, signatures manuelles etc…)
  • c’est forcément associé à une dynamique d’innovation, et les échanges entre start-up’s et entreprises se développent partout
  • c’est incarné par la Direction Générale avec des messages clairs, des progressions dans le temps
  • c’est pour tout le monde, comme l’air ou l’électricité, il n’y pas une partie de l’entreprise qui est digitale et l’autre non.
Par ailleurs, chaque entreprise prend une voie un peu différente, de par sa culture et son organisation.
Enfin, la DSI est de plus en plus souvent remise au centre de la démarche, car toutes les idées de digitalisation débouchent sur des projets très informatiques, où les problématiques de performance, de sécurité, d’accès aux données sont des facteurs clés de succès, et c’est le métier de la DSI de gérer ces aspects; évidemment le DSI doit se positionner comme acteur dans la stratégie et l’innovation, c’est son problème, certes, mais la Direction Générale doit aussi le positionner correctement pour atteindre cet objectif, car on peut aussi dire que l’entreprise a la DSI qu’elle mérite.

Share this post

Laisser un commentaire